RENDEMENT INATTENDU - PROLOGUE

Avec sa bite au fond de moi et sa bouche fermement sur la mienne, je me soumettais. La corde douce et soyeuse s'enfonça dans mes poignets, m'empêchant de toucher l'étranger sombre qui avait le plein contrôle de chaque centimètre de moi. Que cela me plaise ou non, je donnais tout à quelqu'un que je ne connaissais pas. Tout ça parce que je n'avais pas le choix. Tout ça parce que je devais sauver mon frère.

L'homme grogna, sa bouche effleurant ma gorge, mais il ne dit rien. Non. Comment le pourrait-il ? Nous n'avions pas le droit de parler. C'était contre les règles.

Et je ne pouvais pas le voir. Encore une fois, les règles. La ceinture de soie enroulée autour de ma tête le protégeait de moi, mais je pouvais le sentir. Chaque centimètre. Chaque veine palpitante alors qu'il se déplaçait lentement dans et hors de moi.

Il était entré complètement nu. Une autre règle. Nous avons dû passer par des tests rigoureux avant même d'être considérés pour le poste. Travail. Putain s'il te plait.

L'étranger grogna à nouveau. "Relaxer." Sa voix était si douce que je n'étais pas sûre de l'avoir bien entendu. Non. Il ne pouvait pas. Le pourrait-il ? S'il était surpris en train de me parler, la session se terminerait et je partirais sans ce pour quoi je suis venu ici en premier lieu.

Même si j'en rêvais, je m'efforçais de me détendre.

Il gémit, revenant en moi.

Me cambrant sous lui, je l'emmenai encore plus profondément. Ses mains rugueuses et calleuses glissèrent sur mes hanches avant de prendre mes fesses en coupe.

Je frissonnai, écartant encore plus mes jambes pour lui.

L'étranger grogna à nouveau, pompant en moi lentement et profondément. Ce n'était pas rapide. Ce n'était pas difficile. Mais c'était parfait. Cela m'a fait me demander pourquoi il était à cet endroit?

Le club.

J'étais sûre qu'il se demandait probablement la même chose à mon sujet. Ou il s'en fichait. Probablement ce dernier.

Mon Dieu, arrête de penser autant, Lex.

Prenant une profonde inspiration, j'ai fermé les yeux même si j'avais les yeux bandés, et j'ai juste senti. Ses mains sur mon corps. Son souffle sur ma peau. Sa longueur épaisse au fond de moi.

Plus il poussait, plus je montais.

Des taches dansaient dans ma vision. Mes mains tiraient sur les cordes.

Une autre poussée et je me suis cassé.

J'ai gémi, mâchant ma lèvre inférieure pour ne pas crier. Une autre règle.

Son souffle chaud brûla le côté de mon cou, sa libération suivant peu après. Il m'a enduit, me réchauffant de l'intérieur.

Je gémis, inclinant mes hanches vers le haut, puis encore plus haut. Dieu, j'étais avide de lui.

Un rire sombre lui échappa. Plaçant un léger bisou juste sous mon oreille, ses lèvres parcouraient la peau douce.

Juste au moment où je pensais qu'il avait fini, il a poussé en moi encore plus fort.

J'ai haleté, mon dos s'inclinant du lit sur lequel j'étais allongé.

L'inconnu attendit, m'embrassant doucement sur la bouche avant de se dégager de mon corps. Une porte a sonné un instant plus tard et j'ai été laissé à mes propres pensées.

Celui qui vient de quitter mon corps a fait une impression. Sur ma peau. Sur ma foutue âme. J'en voulais plus et je ne savais pas pourquoi. Je n'avais jamais voulu plus. Pas avant lui. Pas avant l'étranger. Pas jusqu'à ce que j'aie été forcée de baiser un homme que je ne connaissais pas juste pour sauver mon frère.