SON PETIT - PROLOGUE

Jude

 

Des yeux bleu pâle me fixaient. C'étaient des yeux que j'avais regardés pendant des années. Des yeux dont je suis tombé amoureux il y a si longtemps, je ne pouvais pas me rappeler ce que cela faisait de ne pas les aimer. Ils faisaient partie de la seule femme que j'aimais.

La seule femme avec qui je voulais passer ma vie.

La seule femme pour qui j'existais.

« Je ne veux pas que ça s'arrête », a chuchoté ma femme en prenant mon visage en coupe. Sa voix tremble, son regard va et vient sur mon visage. Mon estomac se retourna à la simple intensité s'échappant de ses pores. Même si nous étions au milieu d'une conversation intense, mon corps réagissait toujours au sien et j'ai prié pour qu'il n'arrête jamais de réagir.

"Ça ne va pas finir." Je couvris ses mains avec les miennes. "Je ferai tout pour vous rendre heureux et je vous aiderai également à réaliser vos fantasmes."

Mia détourna le regard.

"Hey." J'ai embrassé sa tempe. "C'est mon travail en tant que mari de te rendre heureuse, bébé."

« Je ne veux aucune jalousie. Je veux juste… je veux jouer. Elle se mordit la lèvre inférieure.

Je lui ai fait un petit sourire, passant le dos de ma main sur sa joue avant de faire courir mon pouce le long de sa lèvre inférieure. "Il n'y a rien de mal à cela."

"Mais c'est bizarre." Mia souffla en s'éloignant de moi. « N'est-ce pas ? Quelle femme va voir son mari et lui demande un plan à trois ? Ce n'est pas comme si notre vie sexuelle manquait, Jude. Mais je veux… c'est juste que… tu ne trouves pas que c'est bizarre ?

"Non." Je pris sa main, la tirant contre moi. « Ce n'est pas bizarre du tout. Ce serait bizarre si on n'en parlait pas. Ce serait bizarre si je rentrais à la maison et te trouvais au lit avec un autre homme ou une autre femme pour découvrir que c'était ton fantasme depuis le début. J'ai embrassé le côté de sa gorge. "Ce serait bizarre si tu ne m'incluais pas."

"Jamais." Mia se retourna, me poussant en arrière jusqu'à ce que je touche le bord du canapé. Je me suis abaissé, la tirant sur mes genoux. "Mon fantasme est que vous vous joigniez", a-t-elle expliqué. « Pour nous d'avoir un trio. Pour nous de jouer avec quelqu'un d'autre. Je veux te voir baiser une autre femme. Ses joues sont devenues roses. «Mais je veux seulement que ce soit avec une autre femme. Je ne veux pas d'un autre homme.

"Merci putain pour ça." J'ai ri.

"Est-ce faux?" Ses joues prirent une teinte cramoisie encore plus foncée.

"Bébé." Mon rire s'est approfondi. "Tu es une putain de coquine et pourtant, tu es assise ici avec un rougissement sur les joues parce que tu racontes ton fantasme à ton mari."

Mia m'a donné un coup de poing dans l'épaule, ses lèvres s'étirant en un sourire. "Je ne veux pas que tu sois jaloux."

Je lui pinçai le menton, plaçant un gros bisou sur sa bouche. "Je ne veux pas que tu sois jaloux non plus."

"Jamais." Elle secoua la tête. "Mon Dieu, bébé, si je rentrais à la maison et te trouvais avec une autre femme, surtout si nous choisissions qui elle serait, ensemble, ce serait la chose la plus chaude de tous les temps."

"Tant que nous décidons qui elle ou il est. Ensemble." Elle avait dit qu'elle ne voulait pas que nous ayons un plan à trois avec un homme et seulement une femme, mais j'avais besoin de savoir avec certitude que cela signifiait ce qu'elle disait.

"Elle."

J'ai haussé un sourcil. "Quoi?"

"Je veux que ce soit une elle." Un sourire narquois s'étala sur son visage. "Pas un il."

"Tu veux baiser une autre femme, Mia?" Ma bite a sauté sous son cul. « Tu veux utiliser tes jouets sur elle ? »

Un rire rauque la quitta. "Je pense que tu le veux aussi."

« A elle c'est alors. Avez-vous pensé à quelqu'un ? » Je savais qu'elle avait le béguin pour ma demi-soeur au début, mais nous n'en avons jamais beaucoup parlé.

— Ta demi-soeur, murmura Mia.

Mes yeux se posèrent sur les siens. "Je ne sais pas si elle sera d'accord avec ça."

"Je connais." Débouclant ma ceinture, Mia abaissa la fermeture éclair de mon jean. « J'aimerais essayer cependant. Tant que tu es d'accord avec ça.

Le sang a pompé à travers ma bite, envoyant un picotement le long de ma colonne vertébrale. "Oui bébé. Je pense que je suis bon avec ça.

Mia sourit. "Vraiment?" Déchirant mon jean, ses yeux sont tombés sur mes genoux. « Tu es d'accord pour que j'essaye de baiser ta demi-soeur, Jude ? » demanda-t-elle en plongeant la main dans mon jean et en sortant ma bite. « Tu es d'accord pour rentrer à la maison et me trouver avec elle ? La toucher. L'embrasser. Elle se pencha en avant, léchant ma lèvre inférieure. "La goûter."

"Putain," soufflai-je, soulevant mes hanches et pompant ma bite dans sa main.

« Tu es sûr que ça te va ? » Mia a resserré sa main autour de ma bite, la poing dans des mouvements lents et tortueux.

"Oui." Je tendis la main, prenant l'arrière de sa tête et la tirai vers ma bouche. "Je ne serai pas jaloux."

Elle frissonna. "Moi non plus."

J'ai souri.

— Je t'aime, Jude, murmura-t-elle en resserrant son étreinte autour de moi.

Fistant ses cheveux, j'ai écrasé ma bouche contre la sienne, goûtant son souffle sur ma langue. "Je t'aime, Mia." Je mordillai sa lèvre inférieure.

Elle rompit le baiser en appuyant son front contre le mien. "J'ai besoin de toi, mais j'ai aussi besoin de plus."

"Je sais bébé. On va lui parler. Voir si elle serait en bas pour ça. Et si elle ne l'est pas, nous aborderons quelqu'un d'autre qui le sera, mais je ne pense pas que ce sera un problème. Je vois la façon dont elle te regarde. J'ai embrassé sa mâchoire. "Je pense que ce sera plus facile de l'approcher que vous ne le pensez."

Mia soupira, passant son pouce sur le bout de ma bite. « Tu es gentil et dur, Jude. En parler vous a vraiment excité.

"Vous n'avez aucune idée mais plaire à ma belle femme, m'excite encore plus. Et si cela signifie amener ma demi-soeur là-dedans, qu'il en soit ainsi.

"Merci." Mia a relâché sa prise sur moi et a glissé de mes genoux. Se retournant, elle se déshabilla, laissant son beau corps nu pour moi.

Je me suis assis en avant, j'ai attrapé une poignée de ses fesses et j'ai enfoncé mes dents dans la chair.

Mia rejeta la tête en arrière, repoussant mon contact.

Embrassant et mordant la longueur de sa colonne vertébrale, je me suis levé de toute ma taille. Je me suis approché d'elle, j'ai pris ses seins en coupe et l'ai tirée contre moi.

Elle s'est cambrée contre moi. « Dieu, Jude. »

D'un geste rapide, je la penchai sur la table basse. "Je n'ai qu'une seule demande avec tout ça." Je m'enfonçai en elle, m'arrêtant lorsque je la remplissais jusqu'à la garde.

Mia gémit en me regardant par-dessus son épaule. « Quelle demande est-ce ? »

« Si je ne suis pas là et que tu t'embrouilles avec ma demi-soeur, si tu baises ou t'amuses, quoi que tu fasses, je veux tout savoir. Je veux, ai-je sorti d'elle, « chaque détail dégoûtant », dis-je entre deux poussées.

« Oui, je vais tout vous dire. » La chatte de Mia m'aspirait encore plus profondément, se serrant autour de moi à mes mots.

"Bonne fille." Je tendis la main sous elle, pinçant son mamelon et le faisant rouler entre mon pouce et mon index. « Maintenant, viens chercher ton mari, Mia, et je te laisserai jouer avec ma demi-soeur. »

Ma femme arrivait dans quelques minutes.

Je savais qu'elle avait été nerveuse de m'aborder avec le sujet, mais elle ne savait pas que j'avais voulu ma demi-soeur depuis aussi longtemps que je me souvienne.

Mais avoir ma belle copine d'épouse avec ma séduisante demi-soeur n'était qu'un bonus supplémentaire.

Et j'avais hâte de les avoir tous les deux.

Peu importe combien de temps cela a pris.

Ils seraient les miens.

Pour toujours.